mercredi 29 mars 2017

Retour sur Bulle en Raisin

Me voilà rentré (et remis) du salon BD/vins de Beblenheim organisé par Christian Mauler.
Très bon petit salon, une bonne ambiance, de belles rencontres à tous les niveaux (lecteurs, auteurs, viticulteurs, lithographeur, sandiwchaubeurre, trainpasàl'heure, etc.)

Les albums (que en couleur...) sont partis comme des petits pains dès l'ouverture le samedi après-midi crevant le cœur, le dimanche, de bon nombre de visiteurs...

Un petit article pour illustrer mes propos et s'il en est, démontrer que je ne suis pas un... je vous laisse deviner avec la thématique de la rime en eur... Non pas emmerdeur... Frimeur ? non plus mais ça se rapproche...




Pour en revenir au néologisme de lithographeur, j'avais été contacté quelques jours avant le salon par un lithographe du conservatoire des Arts et techniques graphiques de Ribeauvillé. Il m'a proposé de m'essayer, avec les personnages de Michel et Ernest, à la lithographie sur pierre !
J'ai accepté ne sachant pas trop où j'allais mais c'est une véritable chance de découvrir cet art de reprographie très ancien.
Je devais réalisé deux dessins ayant un lien entre-eux sur deux pierres calcaire à l'aide de fusains gras. A noter que comme c'est la pierre qui sert de "tampon", il faut réaliser le dessin à l'envers...
Ensuite, après moult traitements sur cette pierre pour faire pénétrer le gras du fusain dans la roche de calcaire (avec entre autre des passages de coup de chalumeau, de gomme arabique, d'essence de térébenthine, de bitume de Judée), il a tiré à l'aide d'une presse ancestrale 30 lithographies de chaque dessin au format 33x25cm sur vélin d'Arches 250g, que j'ai bien évidement numéroté et signé avant que lui ne finisse d'authentifier les tirages à l'aide d'un tampon gaufreur. Ce qui est original, c'est qu'il n'existera bientôt plus d'original, car la pierre sera re-poncée pour permettre la réalisation d'une nouvelle lithographie...
Une sacrée expérience, avec son lot de stress au moment du dessin (pas évident de dessiner sur un support qu'il ne faut pas toucher des doigts ou de la tranche de la main - pour ne pas mettre de gras - et qui fait dans les 5 cm d'épaisseur pour 15 kg, sacrée feuille !) mais aussi au moment de la sortie des épreuves.
Petit reportage photo :

 



 

Voilà pour ce soir. Bientôt, une nouvelle expérience dans les techniques de reprographie pour le compte cette fois de la dédicace à venir à la fantastique librairie Bulle du Mans (les 14 et 15 avril).

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour Matthieu,
un passionné cet organisateur !
Rigolo le support pour la presse et bizarre le côté Original que l'on ne peut récupéré. Sur la plage on a l'habitude mais là !
Sinon je ne suis pas étonné que les exemplaires que tu avais amené soient partis comme des petits pains !

Francis

Emmanuel Dumont a dit…

épatant ce sujet